meyer thierry 2Une petite révolution de palais se joue actuellement à la tête de l’interprofession porcine.

Le conseil d’administration d’Inaporc a en effet annoncé le 8 septembre l’élection comme président de Thierry Meyer (photo), qui est le directeur de la filière porc du groupe Bigard.

Une annonce consécutive au retrait de Guillaume Roué, dont la réélection il y a un an à la présidence avait provoqué le départ de la Cooperl, celle-ci arguant « que la présidence et la première vice-présidence » devaient être assurées selon les statuts « respectivement et alternativement par l’amont et l’aval ».

Le souhait de la coopérative bretonne, qui a également quitté Culture Viande et la FICT, aura donc été exaucé…mais un an plus tard et en son absence.

En lieu et place de Bernard Rouxel, candidat de l’époque de la Cooperl, c’est en effet au représentant de son concurrent Bigard que revient l’honneur et la charge de devenir le premier industriel à prendre la tête de l’interprofession. Un choix somme toute logique, Thierry Meyer étant premier vice-président d’Inaporc ainsi qu'un professionnel reconnu et estimé au sein de la filière où il exerce depuis 1982.

Outre le caractère historique de cette promotion d’un industriel privé - à laquelle l’élection de Dominique Langlois à la tête d’Interbev avait ouvert la voie -, on ne peut s’empêcher de voir dans cette élection un nouvel épisode dans la lutte d’influences entre les organisations professionnelles « parisiennes » et la Cooperl.

Un jeu qui s’est notamment traduit au printemps par l’arrivée de Mathieu Pecqueur, ex-directeur général de Culture Viande, à la tête des … relations extérieures de la Cooperl. Aux différends sur les plans techniques qui divisent la profession (non-castration, coupage des queues…), pourrait bien s’ajouter la rivalité croissante entre Cooperl et Bigard en matière d’abattage.

Le n°1 français de la viande bovine est en effet annoncé comme favori dans la reprise d'Abera, la société bretonne de Saint Brice en Coglès (abattage 125.000 porcs/an - CA 256 mio €), ex fleuron de Glon-Sanders passé depuis peu dans le giron de Sofiproteol-groupe Avril. Ce qui lui permettrait de talonner Cooperl dans l’industrie bretonne. Bref, il faudra des trésors de diplomatie à Thierry Meyer pour apaiser les tensions au sein de la filière porc.  BC

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 658 invités et aucun membre en ligne