zukunftAttaque en règle ces derniers jours en Allemagne des résultats de la ZKI (Zunkunft Kommission Landwirtschaft), la fameuse commission chargée d’élaborer des proposions pour l’avenir de l’agriculture allemande.

Deux économistes agricoles de renom, le Prof. Ulrich Koester et le Prof. Michael Schmitz, émettent un avis extrêmement destructeur sur ces propositions. Pour eux, elles mettraient la PAC hors d’application.

Cette commission a trouvé un accord pour une transformation complète des aides agricoles en direction de prestations pour des actions collectives jusqu’en 2034, avec plus de protection des animaux, moins d’élevages, plus de transparences sur les marchés alimentaires et une participation obligatoire de la société aux couts.

Les critiques des deux économistes se concentrent sur les recommandations de cette commission. Celles-ci ne peuvent, ni du point de vue économique ni du point de vue politique servir de base à un changement de la politique agricole allemande, disent les deux économistes. C’était pourtant bien l’objectif de la commission.

L’application de ces propositions entrainerait une nouvelle crise dans la politique agricole européenne, crise aux conséquences incalculables pour l’Allemagne. Ces propositions mettraient la PAC hors service car elles jalonnent un chemin de découplage des marchés internationaux pour l’agriculture allemande. Une telle évolution est également en contradiction avec les objectifs d’améliorer l’alimentation dans le monde.

Les deux économistes pointent également les manques dans les méthodes. Les recommandations laissent de côté les couts sociaux de telles propositions et toute la quantification financière est insuffisante. Ils critiquent également la revendication d’un haut degré d’autosuffisance et le soutien prioritaire à une production régionale. Une gestion de la réforme étatique des structures agricoles, vers l’objectif d’un nombre stabilisé d’exploitations agricole, puis en augmentation, et l’intervention de l’action publique dans le revenu des agriculteurs est dénoncée. Le rapport souligne avec insistance la non justification des couts sociaux qu’entraineraient les propositions.

Ils attaquent en particulier la reprise pure et simple des propositions de la commission Borchert pour la reconversion des élevages, sans tenir compte d’une étude de faisabilité, et sans relever là-aussi l’incompatibilité avec le droit européen, en particulier des aides à l’agriculture.

Il est à relever qu’immédiatement après la publication du rapport de la commission ZKI, les critiques sont restées discrètes, en dépit de l’absence de l’Europe et du découplage de la PAC dans ces propositions. Mais on était avant les élections législatives générales et cette commission a été lancée par la Chancelière partante pour calmer le remous dans l’agriculture allemande.

Les critiques prennent maintenant plus d’ampleur, au moment des négociations pour la mise en place d’une nouvelle coalition de gouvernement comprenant les Verts, encombrants partenaires d’un pourtant inéluctable compromis. AM

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 645 invités et aucun membre en ligne