abattoirporcEn 2022, il y a eu - 9,2 % d’abattages de porcs par rapport à 2021. Comme les deux années précédentes, les abatteurs ont été condamnés à poursuivre leur adaptation à la nouvelle situation. 

Certaines entreprises ont réagi en prenant des mesures structurelles, d’autres se trouvent en cours d’exécution de programmes de transformation.  

Avec 47,1 mio d’abattages de porcs, l’Allemagne enregistre une baisse de 4,8 mio de porcs abattus, ou -9,2 %. Il n’y pas eu de tel recul depuis 1993, date de début des saisies d’abattages par les services statistiques fédéraux.

A titre de comparaison : en 2016 on enregistrait 59,5 Mio d’abattages en Allemagne.

Un recul important a eu lieu en Basse-Saxe et sa forte densité de production porcine, avec un recul de 1,8 mio d’abattage -10,8 %, En Sachsen-Anhalt avec moins de densité de production porcine le recul est de -24,6 %.  En Nordrhein-Westfalen  -5,7 %. Hessen, Sachsen, Mecklenburg-Vorpommern, ont connu des croissances d’abattages, mais à partir de niveaux faibles. Les entreprises de viandes doivent faire face à un marché de porcs à abattre en rétrécissements.

Certaines entreprises ont réagi à la baisse du nombre de porcs allemands en important. Il y a eu 1,23 Mio d’importations de porcs à abattre soit +6,6 %.  Les entreprises du top-ten ont aussi subi des reculs importants, au total - 8,2 %, alors que chez les autres entreprises le recul était en moyenne de -13,4 %.

La part du top-ten dans le total a augmenté de +0,9 % à 82%/an.  Mais le classement entre les 10 ne s’est pas modifié.  Il est toujours mené par Tönnies avec 14,78 mio d’abattages, -1,2 mio,  et une part du marché qui passe à 31,4 %.  Tönnies a réduit ses abattages à Sögel et à Weissenfeld, et va fermer son service export à Weissenfeld.

Westfleisch le n°2 avec 6,51 mio d‘abattage a subi un recul de -10,3 %.  Le groupe coopératif a fermé Gelsenkirchen avec une capacité de 25 000 abattages/semaine. Il atteint une part de 13,8 % du marché.

Vion, avec 5,8 mio de porcs abattus, a connu le recul le plus important, -1,2 mio de porcs ou -13,8 %, et une part du marché de 11,83 %. Vion a annoncé la fermeture de l’abattoir de Holdorf (Niedersachsen).

Danish Crown a augmenté ses abattages allemands de 90 000 ou de +2,9 % à 3,03 mio d’abattages. Le groupe a fermé l’usine de découpe de Boizenburg en Mecklenburg-Vorpommern et réduit de 40 % les activités à Essen. Manten a augmenté ses abattages de +6 %, et les autres du classement ont connu des baisses de -6 % à -10 %.

 Rappelons simplement ici, que la consommation allemande de viandes porcines est passée en 10 ans de 38,7kg/tête à 29 kg/tête en 2022. Cette baisse n’est que faiblement freinée par l’évolution démographique. Et rappelons aussi le recul des  exportations vers pays tiers, notamment à cause de la PPA. Il est évident que les réductions de capacités et les concentrations dans ce secteur vont se poursuive.

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Il y a 949 invités et aucun membre en ligne