mafia2660 ans de prison pour ces bandits siciliens, qui ont fraudé l’UE pour 5,5 Mio € en 10 ans. Un tribunal et un président de parc naturel courageux ont mis fin à ces agissements près de Messine.

L’un des plus grands procès pénaux italiens vient de se terminer contre la « Mafia dei Pascoli » ou « mafia des pâtures ». Celle-ci a fraudé sur les aides européennes pendant une décennie.

Le tribunal de la ville sicilienne de Patti a condamné 91 des 101 accusés à un total de 660 années d’emprisonnement, soit en moyenne de 6,5 années à l’ombre pour chacun.

Cette mafia a utilisé pour ses trafics le parc naturel Nebrodi, une zone montagne au-dessus de la ville de Messine. Les méthodes utilisées étaient déjà connues.

Des zones entières de friches inexploitées ont été déclarées en terres labourables et en pâtures. Des locataires ont été contraints de servir comme hommes de pailles. Ceux qui refusaient subissaient les violences qu’on imagine facilement. Des étables et des corps de ferme ont été incendiés, des animaux ont été tués. Dès que les mafiosi avaient encaissés les « fermages », ils ne s’occupaient de plus rien.

Le trafic a marché près d’une dizaine d’années, jusqu’à ce que Guiseppe Antoci devienne le nouveau président du parc naturel de 86.000 ha. Il comprit vite qui avait pris le pouvoir dans ce parc et commença à s’opposer à la mafia. Le changement fut rendu possible par l’application d’un « protocole de soumission » conçu par Antoci.

Ceux qui voulaient figurer sur les listes d’attribution des aides européennes devaient préalablement déposer un «certificat anti-mafia», un « Antoci-protocole » qui a été étendu à toute la Sicile et garantit l’honnêteté de la demande. Tout cela a valu à Giuseppe Antoci d’être visé par un attentat, auquel il a échappé de justesse, dans lequel la main et le savoir-faire des « Patrinis » étaient aisément reconnaissables...

Selon les estimations officielles, ce groupe mafieux aurait fraudé en 10 ans dans le parc pour un total de 5,5 Mio €. Le procès a duré 20 mois. La plus forte condamnation, soit 30 ans, a été pour le boss de la mafia, Aurelio Salvatore Faranda. Parmi les condamnés il y a aussi le maire de l’une des communes du parc. Outre les condamnations de prison, le tribunal a saisi des valeurs pour 4 Mio € et 17 entreprises.

Giuseppe Antoci a déclaré à l’issue du procès : « Nous avons fait ce qu’il fallait faire, et nous avons fait comprendre clairement que l’argent de l’UE était uniquement destiné aux gens corrects et surtout pas aux boss de mafia ».

Dieu vous entende et vous garde, cher Giuseppe. Mais chez ces gens-là, quand un capo chute, un autre prend sa place le lendemain, hélas. Bon courage !

Articles classés

Rédacteur en chef

francois landrieu

François Landrieu

Fondateur de Socopag

Visiteurs en ligne

Nous avons 77 invités et aucun membre en ligne